bouchain gareLe déploiement d’une ligne ferroviaire, surtout au XIXe siècle ne doit rien au hasard, comme l’illustre parfaitement la ligne Somain-Cambrai-Busigny. Ainsi, lorsque la puissante Compagnie des Chemins de Fer du Nord (CCFN), dirigée alors par le Baron de Rothschild, présente son projet, elle prend soin de définir avec soin, à la fois le tracé et surtout les points d’arrêts. Nous sommes en 1854. Deux éléments fondamentaux sont retenus : desservir les villes administrativement de référence et ouvrir la ligne aux grands sites industriels.C’est pour cela que le tracé de la ligne va privilégier deux villes : Cambrai et Bouchain, et sur le plan industriel Lourches. Explications.


Bouchain est, depuis 1792, la ville chef-lieu de canton. Le grand canton de Bouchain compte alors 21 communes, dont Denain. C’est au chef-lieu de canton que se concentrent toutes les fonctions administratives, de police et de justice. Les grands notaires par exemple sont à Bouchain.

L’Armée y est installée (deux casernes). Et des années durant, le seul bureau de poste principal est à Bouchain, on peine à l’imaginer aujourd’hui. Un mot encore sur l'Armée : c'est elle qui interdit, pour des raisons de sécurité militaire, le passage de la ligne ferroviaire aux pieds de remparts, voilà pourquoi la gare est installée si loin, "au bout du bout"...

bouchain gare

Installer une gare à Bouchain c’est aussi ouvrir la ligne à l’industrie alors en très forte croissance. A Bouchain, dans la ville basse, sont présentes des sucrerie, brasserie et verrerie. Et naturellement, Bouchain est le siège de la société de meunerie Risbourg (créée 1836).

Au-delà, au nord de Bouchain, s’ouvre le domaine des vastes sites industriels du charbon, de la sidérurgie, de la métallurgie. Voilà pourquoi, la compagnie des Chemins de fer du Nord ouvre un embranchement à Lourches pour desservir en direct les mines de la Compagnie des Mines dite de Douchy (mais dont le siège et l’essentiel des fosses minières sont à Lourches).

Le rayonnement de Bouchain, chef-lieu de canton, et de sa gare (de fait, une gare intercommunale) est puissant. Mais en Décembre 1886, l’horizon s’obscurcit. Denain et une poignée d’autres villes font sécession et finissent par obtenir l’autorisation de quitter le grand canton de Bouchain pour créer, entre elles, le canton de Denain. Mais de cela, je vous parlerais dans un prochain épisode…

© Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien & Ecrivain(*). Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

(*) auteur du livre Denain Bouchain. Histoire d'un bassin industriel. Editions Sutton.