La question est régulièrement posée : doit-on écrire Ostrevant avec un « a » ou avec un « e » ? Sur le plan historique, c’est le terme "Ostrevant" qui s’impose. Administrativement, c'est "Ostrevent" qui est malheureusement utilisé (par facilité, ignorance, voire arrière-pensée politicienne)

L’Ostrevent/Ostrevant, un territoire

Pour situer l’Ostrevant, disons qu’il s’agit globalement d’un territoire naturel bordé par un fleuve, l’Escaut (Scladis), et ses deux affluents, la Scarpe (Scarbus) et la Sensée (Satis).

Cette délimitation pourrait sembler simple et suffisante. Mais ce n'est pas le cas. Un exemple : au cours du temps, bien des villes et villages de la rive droite de l’Escaut ont également été intégrées, dans l’Ostrevant, et ce via la châtellenie de Bouchain(1).

Depuis quand ?

De la domination romaine sur la Gaule, naissent les provinces, et plus précisément chez nous la très vaste province dite de Belgique allant du Rhin à la Seine et à la Saône. Dans cette province, le territoire des anciennes tribus gauloises devient des « civitas » et ces dernières sont divisées en « pagi ».

ostrevant018 2

Chez nous, cela donne la « civitas Atrebatorum » , le « pays » des Atrebates, dont la capitale est Nemetacum, c’est-à-dire Arras. L’un des « pagus » situé le plus à l’Est dans cette «civitas» est le «pagus Austrovadensis(2)», terme qui deviendra Osterban (Austerbannum, pays de l’Est), puis Ostrevant par évolution linguistique du « b » en « v ».

(1) villes et villages de la Chatellenie de Bouchain : Aniche, Auberchicourt, Aubigny-au-Bac, Avesnes-le-Sec, Bellaing, Bouchain, Bruille, Brunémont, Bugnicourt, Campeau, Dechy, Denain, Douchy, Écaillon, Émerchicourt, Erchin, Escaudain, Escaudœuvres, Féchain, Fenain, Hasnon, Haspres, Haulchin, Hélesmes, Hérin, Hordain, Hornaing, Iwuy, Lallaing, Lieu-Saint-Amand, Loffre, Lourches, Marcq, Mastaing, Monchecourt, Oisy, Pecquencourt, Prouvy, Rieulay, Rieux, Rœulx, Roucourt, Rouvignies, Somain, Thiant, Villers, Villers-en-Cauchies, Villers-au-Tertre, Wallers, Wandignies, Wasnes-au-Bac, Wavrechain-sous-Denain, Wavrechain-sous-Faulx et Waziers (Wikipedia)

(2) "(...) le Pagus Austrovadensis : ancien comté carolingien relevant de l'évêché d'Arras, démembré en 1071, sans que se perde le nom d'Ostrevant et l'identité géographique correspondante. L'Ostrevant médiéval reste une réalité administrative religieuse et laïque  : Parchidiaconé d'Ostrevant, au diocèse d'Arras, se compose du doyenné de Douai et du doyenné d'Ostrevant, dont le chef lieu est Bouchain. De même, lorsque l'Ostrevant devient au XIe siècle l'enjeu des guerres territoriales entre les deux puissances comtales de Flandre et de Hainaut, sur les deux châtellenies de l'ancien Pagus écartelé, seule celle de Douai est déjà annexée par les comtes de Flandre depuis 947. La châtellenie de Bouchain, dont les titulaires ne tardent pas à prendre le parti du comte de Hainaut, demeure cependant le chef-lieu d'une entité géopolitique indépendante revendiquant seule l'appellation d'Ostrevant (Christian Corvisier*).

Dudzinski150© Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien & Journaliste.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Mes articles sont régulièrement mis à jour. Sources : Archives personnelles,  mes travaux de recherches aux Archives (archives municipales, ADN, CHM, AMT...), mes notes de lectures(*), mon livre "Denain et le Denaisis : Histoire d'un Bassin Industriel".

(*) Voir Bibliographie.