La gare de Bouchain, construite au milieu du XIXe siècle va disparaître du paysage d’ici à la fin de l’année. Plus aux normes, trop cher de la rénover, fait valoir la SNCF. Or pour l’historien Francis Dudzinski, le bâtiment mérite d’être préservé et de lui offrir une seconde vie.


lavoixdunord logoTexte de la journaliste Valérie Aubert Avec Th. To. (Clp), publié le 29/05/2018

Francis Dudzinski, historien et journaliste(1), ne peut concevoir que la SNCF envisage de détruire la gare de Bouchain. Une décision, qui selon lui, « apparaît comme une absurdité historique et patrimoniale. C’est, en effet, la dernière gare du XIXe siècle de la ligne Somain-Busigny dans le territoire de Denain-Bouchain. Il faut avoir une approche raisonnée de ce qu’il faut conserver, rénover ou détruire ».

Il poursuit : « Notre territoire possède une culture industrielle. Si on détruit l’intégralité des sites, on détruit notre culture. Il faut la valoriser. » La gare de Bouchain pourrait devenir ce lieu de mémoire. Ou encore « une salle d’exposition, un musée du ferroviaire ». Des exemples parmi d’autres pour lui donner une seconde vie.

dudzinski bouchain 29052018 vdn

« La gare de Bouchain,  contrairement à celle de Lourches, a échappé aux destructions des deux guerres, car construite à l’écart du centre-ville. C’est ce qui l’a sauvée. Ce bâtiment illustre l’architecture ferroviaire du XIXe siècle. À côté, on a une halle ferroviaire qui desservait l’industrie locale. »
Une pétition a été lancée

La gare n’étant plus aux normes et sa réhabilitation très onéreuse (montant avancé : 980 000 €), la SNCF a décidé la démolition du bâtiment d’ici à la fin de l’année.

Pour Francis Dudzinski, il doit être possible de « la rénover dans la perspective d’un autre usage ». D’autant plus que « le bâtiment est plutôt en bon état. Son architecture est extrêmement soignée. On ne construit plus comme ça aujourd’hui ».

Avec le collectif « Sauvons la gare de Bouchain », il s’est donc engagé dans une opération de sauvegarde de la gare. Tout d’abord par le biais d’une pétition lancée mi-mai, « pour demander à surseoir à cette décision de démolir et la constitution d’un groupe de réflexion sur l’avenir du site. Nous visons les 500 signatures ». Un dossier a aussi été transmis à la DRAC, la direction régionale des affaires culturelles, « pour un éventuel classement du bâtiment ».

1. Francis Dudzinski est l’auteur de Denain, histoire d’un bassin industriel, Éditions Sutton, 19 €.

L’arrêt des trains conditionné à la sécurité des voyageurs

Lors du conseil municipal de lundi soir, Annick Sauvage, conseillère d’opposition, a évoqué le devenir de la gare. Le maire Ludovic Zientek a rappelé que « la gare est propriété de la SNCF. La ville n’a donc pas l’autorité judiciaire ni administrative pour s’opposer à la démolition . Et pour que l’arrêt des trains continue à Bouchain, il faut mettre en sécurité les voyageurs ».

Or le bâtiment qui abritait la gare présentait un danger car vétuste et a été fermé. Sa seule remise en état coûterait 980 000 €, a chiffré la SNCF, qui ne veut pas s’engager dans cette dépense.

Le maire a aussi précisé, comme le lui a indiqué la SNCF, que si un investisseur était prêt à financer ces travaux, les trains ne pourraient plus s’arrêter : pour raisons de sécurité, on ne pourrait faire cohabiter un bâtiment à vocation culturelle, par exemple, à côté du passage de trains.

Texte : La Voix du Nord.


A lire aussi : la gare de Bouchain est inscrite aux Monuments Historiques.