On découvre une veine de charbon à Bouchain. Il y a 11 tisserands (des mulquiniers) à Escaudain . On cherche le charbon à Wasnes-au-bac et Wavrechain-sous-faulx.  La Compagnie des Mines d'Anzin inaugure son "train des Mines entre Saint-Waast et Denain.  Creusement de la fosse Saint-Edouard à Aniche. Ouverture de la fosse dite d'Escaudain . etc...

(petite) sélection d'évènements illustrant l'année 1838 en Ostrevant-Ostrevent(1) durant la période de la Monarchie de Juillet (1830-1848)

- Abscon :

  • la Société d'Hordain-sur-l'Escaut(2) espère trouver un gisement houiller et creuse un puits le long de la route qui mène de Somain à Bouchain. Ce puits ne sera jamais exploité et restera à l'état primitif d'avaleresse.

- Aniche :

  • Fonçage (creusement) du puits de la fosse Saint-Édouard à l'initiative de la Compagnie d'Azincourt(2). l'exploitation du charbon débute l'année suivante pour se terminer en 1882. A proximité sera ouverte huit ans plus tard et par la même Compagnie, la fosse Saint-Auguste.
  • La Compagnie d'Etroeungt(2) creuse le puits d'une fosse qui porte son nom, à proximité de l'actuel cimetière d'Aniche. Mais en vain. Le puits est abandonné deux ans plus tard.

- Bouchain :

  • Le 30 avril 1838, une jeune société minière, dénommée "la Saint-Quentinoise", annonce avoir découvert une veine de charbon, à Bouchain, à -138m de profondeur (dans un puits situé à l'extérieur de la ville haute, en bordure de la route Bouchain vers Aniche). Mais ce "gisement" va rapidement s'avérer inintéressant et inexploitable. L'espoir de concurrencer Denain disparait. Il n'y aura pas de puits de mines de charbon sur le territoire de Bouchain.

- Chemin de fer :

- Escaudain :

  • Ouverte de la fosse dénommée tout simplement "la fosse d'Escaudain". Elle se trouve "chemin d'Haveluy" ( actuelle rue C.Desmoulins, là où se trouvait la Savonnerie Lempereur et aujourd'hui la Mosquée). Elle sera active jusqu'en 1855. Initialement, cette fosse de la Compagnie des Mines d'Anzin se trouve sur un terrain appartenant à l'Abbaye de Denain (F.Dupire*).
  • Il y a plus de 100 fermes sur le territoire communual cultivant les céréales, le lin et le colza
  • Particularité : on compte encore à Escaudain, en 1838, 11 maisons où, dans les caves, travaillent des mulquiniers (c'est à dire des tisserands qui tissent les batistes : ce sont des étoffes de toile fine de lin utilisées pour l’habillement.

- Wasnes-au-Bac et Wavrechain-sous-faulx :

  • C'est la ruée vers l'or noir. Partout des sondages sont effectuées avec l'espoir de trouver le gisement houiller. Certains prospecteurs sont persuadés que les veines de charbon trouvées à Lourches, Denain ou Abscon se prolongent vers le Sud, c'est à dire vers le Cambrésis. Alors, ils creusent, inspectent, analysent...C'est par exemple ce qui est fait à Wasnes-au-bac et Wavrechain-sous-faulx. Mais en vain. Le charbon de terre n'est pas là...

(1) Voir l'article : Doit-on écrire Ostrevant ou Ostrevent ?

(2) Les Compagnies Azincourt, d'Hordain, d'Etroeungt, rejoints par la compagnie Carette & Miguet fusionnent et créent la Compagnie des Mines d'Azincourt le 29 décembre 1840. Elle obtient une concession de 870 ha (G.Dubois & J.M.Minot*). Elle prospecte au sud de la concession d'Aniche. Mais sans trop résultat. Le développement prendre forme avec l'ouverture en 1858 de la fosse Saint Roch, sur le territoire de Monchecourt.

Dudzinski150© Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien & Journaliste.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Mes articles sont régulièrement mis à jour. Sources : Archives personnelles,  mes travaux de recherches aux Archives (archives municipales, ADN, CHM, AMT...), mes notes de lectures(*), mon livre "Denain et le Denaisis : Histoire d'un Bassin Industriel".

(*) Voir Bibliographie.

Compteur d'affichages des articles
150496